Menu

Assemblée générale "Les Amis d'Elmita-Jérémie"


Rédigé par Joël Macario, Florence Naval le Vendredi 26 Novembre 2010 à 22:11 | Lu 871 fois

Assemblée générale "Les Amis d'Elmita-Jérémie"
Compte-rendu de l’Assemblée Générale du 23 octobre 2010 Après un bref mot d'introduction de notre présidente Béatrice Macario, Oddy Naval, notre correspondant en Haïti a pris la parole pour parler tout d'abord de ce qu’était l'actualité, à savoir l'apparition de l'épidémie de choléra dans le nord du pays, et dont les premiers cas étaient recensés à Port au Prince (il y avait déjà à cette date 1500 personnes atteintes, et 150 décès). Depuis bien sûr, inutile de dire la progression de l'épidémie jusque dans le sud de l'île. Oddy a ensuite refait un petit historique des derniers évènements dans le pays : la succession de 3 cyclones en 2008, principalement dans le département de la Grande Anse, puis les inondations très importante en 2009, toujours dans la même zone, enfin le séisme du 12 janvier 2010, ayant touché principalement Port au Prince et Léogane, avec pour conséquences la mort de plus de 300 000 personnes, 1 500 000 sans abris, un exode massif vers les zones rurales, dont 120 000 pour le seul département de la Grande Anse qui comporte 400 000 habitants habituellement. Il a donc fallu faire face à cet afflux massif de réfugiés, dont des orphelins, des blessés, et la majeure partie n'ayant quasiment plus rien. A Port au Prince, ce sont pratiquement toutes les structures administratives qui ont été détruites ; des parlementaires, des hommes de loi, des responsables politiques et économiques ont été tués eux aussi, laissant le pays à la dérive … Inutile de dire que la reconstruction est encore loin d'être entamée, on en est toujours aux études et estimations ; pendant ce temps, la vie a repris sur les décombres, les tentes ont «fleuri» un peu partout, offrant un maigre abri pour une population encore traumatisée qui, à chaque coup de vent ou forte pluie, tremble de peur. Pour l'heure, il faut attendre les prochaines élections présidentielles qui doivent avoir lieu à la fin du mois de novembre. Pour en revenir à l'association, Oddy nous a ensuite donné les résultats de nos jeunes : sur 15 enfants, 11 ont été admis dans la classe supérieure. Sur ces 11, 2 terminent leur cursus cette année : il s'agit de Métronise, qui finit brillamment sa formation professionnelle de couture (elle est dans les 1ères de sa promotion, et il lui arrive même de suppléer ses professeurs !), et Carlo qui termine ses études d'électronique, après 3 ans d'université. En raison du séisme, l'examen est décalé au mois de décembre 2011 car les cours n'ont pu reprendre qu'au mois de mai (sous tentes). Deux autres jeunes ont démarré l'université l'année dernière à Port au Prince ; ils n'ont pas été touchés et ont repris les cours en mai eux aussi. En ce qui concerne les autres jeunes qui sont encore à l'école à Jérémie, les cours ont repris dès le mois de mars, et l'année scolaire s'est prolongée jusqu'en août, afin de boucler le programme, ce qui fait que la rentrée 2010-2011 a eu lieu début octobre. Parmi les non reçus, 2 ont la possibilité de se représenter à l'examen, sans avoir à suivre les cours (examens de rattrapage, vues les circonstances particulières de cette année) Une seule élève nous pose souci : il s'agit de la petite Béatrice Nazaire, qui n'a pas la capacité intellectuelle d'étudier, sans compter des conditions de vie particulièrement difficiles (sa mère est malade, elle assure beaucoup de tâches ménagères). Après discussion, nous proposons de suspendre le financement de sa scolarité, en attendant qu'elle ait l'âge requis pour un éventuel apprentissage (comme ce fut le cas pour Métronise avec la couture). En ce qui concerne le bilan financier, Joël a d'abord présenté le bilan «côté français» ; suite à la forte mobilisation après les évènements dramatiques de janvier, nous avions ouvert un compte «spécial séisme», où nous avons recueilli la somme de 7627,00 euros, dont 1349 euros au cours du week-end «spécial Haïti» organisé par notre ami anglais Paul Silverston. Le bureau renouvelle ses remerciements aux associations soudanaises et aux particuliers pour leurs dons. Sur ces 7627,00 euro, 4000,00 ont été envoyés en début d'année pour des actions d'urgence, notamment auprès de la mairie des Abricots, mais également pour des jeunes réfugiés arrivant de la capitale, et des familles de nos jeunes qui ont dû elles aussi accueillir des proches. Cette aide concernait principalement l'aide alimentaire. Quant au reste de l'argent sur ce compte, il n'a pas encore été utilisé car le projet de lycée professionnel qui devait voir le jour aux Abricots sous l'impulsion du maire JC Fignolé et auquel nous voulions participer n'a pas eu de suite. Nous étudions la possibilité de financer un autre projet moins ambitieux, ou tout simplement garder cet argent «en réserve» pour assurer la pérènité de notre association vis à vis des enfants pour lesquels nous nous sommes engagés il y a maintenant 10 ans ; en effet, plus les enfants avancent dans leur scolarité, plus ils « coûtent » cher, or moins nous avons d'apports réguliers ... De son côté, Oddy nous a remis son rapport avec le détail des dépenses, non seulement pour l'année dernière, mais également les frais engagés au titre de l'année 2010-2011 déjà entamée, ce qui faisait un solde négatif que nous avons pu combler en lui remettant avant son départ la somme de 4500 euros. A propos de ces difficultés à recueillir des recettes, nous avons évoqué notre participation au groupe de soutien qui s'est formé à Châteaubriant au niveau du Foyer des jeunes travailleurs, lequel réunit plusieurs associations déjà implantées en Haïti avant le séisme ; grâce à la mobilisation des jeunes et de leurs accompagnateurs, des actions sont menées, permettant de récolter des fonds qui sont ensuite redistribués. A ce titre, le foyer nous a remis récemment un chèque de 500,00 euros. Hélas, la tâche est encore immense, d'autant que depuis le 23 octobre, un cyclone a de nouveau touché la Grande Anse, détruisant 90% des récoltes, pendant qu'à Port au Prince, l'épidémie de choléra progresse dans les camps où les habitants pataugent dans la boue. Malgré cela, les haïtiens tiennent le coup, non sans avoir besoin de notre aide ; plus d'une fois Oddy a réitéré ses remerciements envers tous les donateurs de l’association qui ne doivent pas faiblir eux non plus. Pour le bureau, La secrétaire,




La Commune | Les Associations | La Mairie | Les Commerces | Informations Utiles | Sports | La Vie Culturelle | La Vie Economique | Les Actualités | La Vie Scolaire | Vie Quotidienne | Santé | Séniors | Divers | Petites Annonces | Archives